ici... là-bas... ailleurs...

02 janvier 2016

2015.... 2016

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

 

P1000079-001

 

Je vous souhaite la grâce de la vacuité et le bonheur de l'instant présent.

 

 

Posté par marieneigecadet à 21:16 - Commentaires [9] - Permalien [#]

08 janvier 2015

Je suis Charlie

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Je n'aime pas toujours Charlie, je le trouve parfois excessif, vulgaire, même s'il fait souvent naître un sourire au fond de moi.

J'ai toujours aimé la liberté et l'impertinence du ton.

Mais comment un homme (deux, en l'occurence) peut-il comme ça, de sang froid, assassiner des hommes dont la liberté d'expression est le garant de notre liberté?

.

 

Posté par marieneigecadet à 17:03 - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 janvier 2015

Voeux 2015

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

A vous tous qui passez par là, enfants, famille, amis ou parfaits inconnus et à l'image de cet oiseau (oui, oui, je sais, c'est un canard col vert, mais c'est bien un oiseau) qui vogue tranquillement dans les reflets dorés du soleil couchant, je vous souhaite une année emplie de douceur et de sérénité.... on en a bien besoin.

(Photo prise à Pont en Royans, Isère, France, sur la Bourne, au soleil couchant)

(Picture taken at sunset on the river Bourne in Pont en Royans, Isère, France,  the small village next to mine- which is even smaller!)

To you, my very dear friends from over the deep seas, I wish a New Year filled with gentleness and serenity.

 

 

Posté par marieneigecadet à 22:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 octobre 2014

Matin

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Aussi longtemps que je le peux, je petit déjeune dehors, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il fasse froid... oui, oui, même quand il neige. Je m'emmitoufle, superpose les couches; j'aime ce moment où tout est encore neuf et à venir;  le bruit de la rivière, le vol des oiseaux sauvages, la nature qui se réveille, le ciel qui s'éclaircit et, depuis quelques matins, le petit écureuil qui fait ses provisions de noix pour l'hiver.

Il était encore là ce matin à faire ses acrobaties de branche en branche... et moi qui ai toujours cru que ce noyer n'était pas greffé et ne donnait pas de noix!!!! Le chat l'a vu, qui a rampé dans l'herbe vers l'arbre, comme les chats savent si bien le faire; lui a vu le chat et s'est enfui.

Le reverrai-je demain?

Pas de photo de l'animal, difficile de photographier un écureuil en plein mouvement, les oies sauvages et les feuilles, c'est plus facile!

 

I love having breakfast outside. Every morning, whatever the weather, I have my cup of tea on the terrace and watch and smell the awakening nature around me. For a few days, a small squirrel has been gathering walnuts on one of my walnuttrees. I can see him, jumping from branch to branch. This morning, the cat saw him too. As cats will do, she crawled on the grass towards the tree... the squirrel saw her and flew away. I wonder if he'll come back tomorrow?

(No photography, I  did try but couldn't).

 

 

 

Posté par marieneigecadet à 20:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 octobre 2014

Modestine...

... tel était le nom de l'ânesse que R.L. Stevenson avait acheté pour traverser les Cévennes à pied. Nous n'avons pas acheté, ni loué d'âne, mais avons tout de même fait une partie du GR70, autrement appelé

"le chemin de Stevenson"

 

Paysages vastes et grandioses,

 

 

 

 murs de pierre grise, vastes châtaigneraies, petites maisons forestières,

 toits décorés,

gîtes plus ou moins beaux et hôtes plus ou moins charmants, les moins charmants n'étant  pas -loin s'en faut- les propriétaires des lieux les moins beaux. Nous avons été fort bien accueillis par les moines à Notre Dame des Neiges, par l'hôtesse des Alpiers, dans le petit hôtel vieillot tout de guingois de Pont de Montvert;

par contre, dans le très beau et pittoresque château cévennol de Cauvel

 

 - lieu splendide, chambres délicieuses et très "british"- nous n'avons pas eu droit au moindre sourire et, au petit déjeuner, alors que nous demandions encore un peu de pain, la réponse fusa "je vous en ai déjà donné"!!! Quoi!?  Hein??! C'est  bien la première fois que je dors et dîne dans un gîte, que dis-je "maison d'hôtes" (on n'est pas un château pour rien!), où on refuse de donner du pain à des randonneurs. Mais bon, ce sont les aléas de la route, sans compter les genoux récalcitrants et les muscles endoloris...

Ce fut une semaine magnifique.

~~~~~

We spent the most lovely week walking on the Stevenson trail (GR70 ) on which R.L. Stevenson - yes, yes, the writer- walked for 12 days with a she-donkey called Modestine, going from the north of the Cévennes mountains to the south. Brilliant... but I would think that back in the 19th century the paths and trails were not in a as good condition as the ones we walked on.

Enjoy the pictures above, some more are to come.

 

Posté par marieneigecadet à 20:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 septembre 2014

Bizarre!

 Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Le téléphone fixe sonne, je décroche:

- Allo?

et une voie haut perchée, pressée, forte me dit:

- Rappelle-moi, Monique; oh, mais t'es pas chez toi!?

D'abord, que les choses soient claires, je ne m'appelle pas Monique, mais tout de même cette intervention me laisse perplexe. Quelqu'un appelle une certaine Monique, cette supposée Monique décroche et répond, et l'appeleuse lui dit: oh, mais t'es pas chez toi... mais si Monique ou la supposée Monique répond au téléphone fixe quand il sonne où est-elle si elle n'est pas chez elle ?  Si c'est pas farfelu tout ça!

Nous vivons une époque etc. etc.

~~~~~

The phone -not mobile- rings, I answer

- Hello

then I hear a high pitched voice

- Call me back, Monique...oh, but you're not at home?!

First, let me be clear: my name is not Monique, but still I am puzzled by this conversation. Someone calls some Monique who answers the phone and the caller tells her oh, but you're not at home... but if the so-called Monique answers the phone where is she then if not at home??

Posté par marieneigecadet à 09:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 septembre 2014

Leçon de choses (Grand Bornand)

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Je préfère oublier les détails de ce que les enfants faisaient, des découvertes et expériences enfantines hein, qui n'en a pas fait? C'est drôle comme on a tendance à oublier en grandissant et à devenir plus "sentimentaliste".

 

 

Posté par marieneigecadet à 07:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 septembre 2014

L'arbre à "nénés" (Grand Bornand)

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Vu au coin d'un bois

~~~~~

Funny tree!

Posté par marieneigecadet à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2014

Retour de promenade (Grand Bornand)

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Promenade mouillée, chaussures boueuses.

~~~~~

Wet weather, muddy shoes!

 

 

Posté par marieneigecadet à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2014

La cueillette (Grand Bornand)

Merci de votre visite, un commentaire me ferait tellement plaisir; thanks for stopping by, please do leave a comment.

Les flancs de la montagne, au-dessus du Grand Bornand, étaient recouverts de myrtilles, grosses et mûres à souhait.

Régal et langues colorées

 

~~~~~

Incidemment, cette phrase "recouverts de myrtilles" me rappelle une histoire de prof.

J'avais demandé à des élèves de BTS Forêt, dont certains n'étaient vraiment pas bons du tout, de me raconter, en anglais bien sûr, leur dernier weekend. Arrive le texte d'un élève qui faisait partie des moins dégourdis et je lis qu'il est allé se promener:... on a hill spoon and fork with fern. Diable, diable, spoon and fork with fern!! Je me demandais bien ce que venaient faire là ces cuillères et ces fourchettes.  J'ai d'abord cru qu'il se moquait, ou qu'il pensait que je ne lirais pas son travail... puis, je me suis dit: voyons, fern (fougère) est un mot difficile qu'il a dû chercher dans un dictionnaire. Et soudain, l'éclair de compréhension: spoon and fork, ce sont bien sûr des "couverts". Ce jeune homme  était tout simplement allé se promener sur une "colline couverte de fougères". Ne connaissant pas le mot "couvert", il l'a cherché dans le dictionnaire et a trouvé "spoon and fork", des couverts!!!!! (ma réflexion a duré beaucoup plus longtemps que le temps pris à raconter l'histoire et si, mettons, j'avais été italienne ou allemande, j'aurais eu, bien sûr, beaucoup plus de mal à trouver le fin mot de l'histoire).  J'ai quand même demandé à voir le dictionnaire en question; il n'était guère plus gros qu'un timbre poste et je lui ai fermement déconseillé (au jeune homme) de l'utiliser à nouveau et.... éventuellement, de revoir le participe passé du verbe "couvrir"!

Nous vivons une époque moderne!

Posté par marieneigecadet à 07:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]